👁 « China Dream » de Ma Jian (Flammarion, 2019)

Les miscellanées d'Usva

Dès janvier, je savais que j’allais faire une thématique sur la Chine. C’est précisément ce livre qui m’a donné envie de me lancer. Une couverture tellement belle qu’elle m’a faite tomber à la renverse*, une quatrième de couverture qui annonce un niveau de subversion irrésistible. Bref, j’ai eu envie d’en savoir plus sur ce roman comme sur la Chine contemporaine.

*Cette couverture a été réalisée par Ai Weiwei, artiste dissident chinois dont je vous parlerai plus particulièrement dans les jours à venir. ♥


Quatrième de couverture : « Le rôle de l’écrivain consiste à sonder les ténèbres et par-dessus tout à dire la vérité. J’ai écrit ce roman motivé par ma colère contre les fausses utopies qui asservissent et infantilisent la Chine depuis 1949.

Mélangeant fiction et réalité, le nouveau roman de Ma Jian dresse le portrait de la Chine d’aujourd’hui livrée au rêve chinois du président Xi Jinping…

Voir l’article original 541 mots de plus

Publicités

My God !!!

News from Ibonoco

« La seule façon pour Dieu de s’exonérer d’une responsabilité écrasante, c’est de ne pas exister. On peut pardonner à Dieu s’il n’existe pas. S’il existe, je crains qu’il ne faille trop souvent le maudire. »

Traduction approximative :

« The only way God can exonerate himself from an overwhelming responsibility is if he does not exist. We can forgive God if he doesn’t exist. If it exists, I fear that it should be cursed too often. »

Jean Bruno Wladimir François de Paule Lefèvre d’Ormesson, Jean d’Ormesson dit Jean d’O (1925 – 2017) est un écrivain et journaliste français. Après un parcours littéraire : hypokhâgne au lycée Henri-IV, puis l’École normale supérieure, il obtient l’agrégation de philosophie en 1949. Il devient ensuite journaliste à Paris Match, Ouest-France, Nice-Matin et au Progrès de Lyon. Il publiera son premier roman en 1956 : L’amour est un plaisir. En 1973, il sera élu à l’Académie française…

Voir l’article original 20 mots de plus

Ronsard

À la française ...

Image

Ronsard (1524-1585)

Par la force du talent, par l’éclat du succès, Ronsard est le maître incontesté de la poésie du XVIe siècle. Il était le chef d’un groupe de poètes, Baïf, Du Bellay, Belleau, Jodelle, etc., qui s’appelaient eux-mêmes la Pléiade et qui rêvaient de donner à la France une littérature égale aux chefs-d’œuvre grecs qu’ils admiraient. Il a publié des Odes, des sonnets, des Élégies et un poème épique: la Franciade.

Texte

Pierre de Ronsard

Voir l’article original

Sex Doll – Danielle Thiéry

Collectif polar : chronique de nuit

Sex Doll de Danielle Thiéry. Paru le 1er mai.2019 aux éditions Flammarion / Versilio. 20 € ; (416 p.) 13 x 20 cm.

4ème de couverture :

À Paris, l’ouverture d’un hôtel de passe 2.0, dont les pensionnaires sont des poupées de silicone, ne fait pas l’unanimité. Son jeune propriétaire, précurseur sur le marché du sexe, n’avait pas imaginé les réactions violentes que sa start-up provoquerait…
Dans le même temps, l’Office, dirigé par la commissaire Marion, est confronté à une série de meurtres atroces. Trois femmes sont retrouvées mutilées, des parties de leur corps trafiquées afin d’en faire des créatures parfaites.
La psycho-criminologue Alix de Clavery, dont l’expertise est indispensable sur ce dossier, a mystérieusement disparu. Si Marion devine que ces affaires sont liées, elle n’imagine pas à quel point.
De Paris au Japon, elle traque ce Docteur X qui l’obsède depuis quinze ans.

L’auteur :  Première femme commissaire divisionnaire de…

Voir l’article original 483 mots de plus

Le grondement Emmanuel Sabatié

La viduité

51XPQ9uJj+L.jpg

Dystopie de la peur, projection panique d’où nous mène la peur de l’autre et les craintes, instrumentalisées, d’un attentat islamiste. Dans une langue heurtée, crûment descriptive, parfois répétitive pour rendre les emballements à vide de la pensée, Emmanuel Sabatié plonge le lecteur dans ce quotidien hanté par la panique et peuplé par les anti-dépresseurs. Par sa construction chorale où monte le dénouement tragique, Le grondement emporte le lecteur.

Voir l’article original 869 mots de plus

Génocide(s) de Takano Kazuaki

Parution : 31 mai 2018 – Editeur : Presses de la Cité –  Prix papier :  23€ – Prix numérique : 15,99€ – Pages : 752 – Genre : techno-thriller, anticipation, thriller-psychologique, suspense, thriller-apocalyptique

Takano Kazuaki, n’en est pas à son coup d’essai, puisque son premier opus, treize marches, avait pour thème la peine de mort et un portrait du Japon tant méconnu. Encensé par la critique en 2016 et vendu à plus de 400 000 exemplaires.

Annoncé comme un thriller dense, Génocide(s) fait partie de ces livres qui ne sont pas plébiscités et qui pourtant mériteraient de l’être. En effet, sa construction documentée mêle, enjeux scientifiques, observations crues de la violence et rapports de force géopolitiques, le tout parsemé de réflexion sur la nature humaine.

Au Congo, des mercenaires doivent éliminer une tribu de Pygmées, où vit un anthropologue américain, Nigel Pierce. La cible ? …

Au Japon…

Voir l’article original 710 mots de plus

Le bûcher de Moorea – Patrice Guirao

Collectif polar : chronique de nuit

Le bûcher de Moorea de Patrice GuiraoLe livre : Le bûcher de Moorea, Une enquête de Lilith Tereia de Patrice Guirao. Paru le 16 mai 2019 chez Robert Laffont dans la collection La Bête Noire. 19€ ; (391 p.) ; 23 x 14 cm.

4e de couv :

Derrière chaque paradis, il y a un enfer. Bienvenue en Polynésie !

Dans le lagon de Moorea, les eaux calmes et bleues bercent quelques voiliers tranquilles. Les cocotiers dansent au vent. Les tiarés exhalent leur parfum. Pourtant, à l’abri de la forêt, des flammes se fraient un chemin vers le ciel. Lilith Tereia, jeune photographe, tourne son appareil vers le bûcher. Devant son objectif, des bras, des jambes, des troncs se consument. Et quatre têtes.

Pour quels dieux peut-on faire aujourd’hui de tels sacrifices ? Avec Maema, journaliste au quotidien de Tahiti, Lilith est happée dans le tourbillon de l’enquête. Les deux vahinés croiseront le chemin d’un homme…

Voir l’article original 1 173 mots de plus