I do not know how to read or write…

News from Ibonoco

« Le juif est un homme qui lit depuis toujours, le protestant est un homme qui lit depuis Calvin, le catholique est un homme qui lit depuis (Jules) Ferry. »

Charles Pierre Péguy, Charles Péguy alias Pierre Deloire, alias Pierre Baudoin (1873 1914), est un écrivain, poète, essayiste et officier de réserve français. Né dans une famille modeste, il intégrera l’Ecole normale supérieure ; ses professeurs seront entre autres Romain Rolland et Henri Bergson. Révolté par l’antisémitisme, il rejoindra le camp des dreyfusards… Lieutenant de réserve mobilisé dès le début de la Grande guerre, il sera mortellement blessé d’une balle au front à Villeroy en Seine-et-Marne le 5 septembre 1914, lors de la bataille de l’Ourcq à la veille de la première bataille de la Marne.

« The Jew is a man who has always read, the Protestant is a man who has been reading since Calvin, the Catholic is a man…

Voir l’article original 102 mots de plus

Publicités

Point zéro d’Antoine Tracqui

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre :Point zéro d’Antoine Tracqui. Paru le 23 mai 2013 chez Critic. 25€;  (877 p.) ; 20 x 14 cm.

4e de couv. :

réédité en poche le 14 janvier 2016 chez Pocket dans la collecion Pocket Thriller.11€50. (1148 p.) ; 18 x 11 cm

1938 Italie. Dans les rues de Palerme, un jeune fuyard tente d’échapper à la police secrète de Mussolini. Dans sa main, une mallette dont le contenu semble exciter bien des convoitises.

1944 États-Unis. Sur une route poussiéreuse du Middle West, trois hommes d’exception jettent les bases d’un projet qui pourrait bien changer l’issue de la guerre.

De nos jours. Caleb McKay, un ex-SAS reconverti dans les missions de sauvetage à risque maximal, est recruté par un milliardaire excentrique pour rejoindre un point bien précis du littoral Antarctique où, quelques jours auparavant, un satellite-espion a fait une incroyable découverte. Très loin de…

Voir l’article original 823 mots de plus

Lunaire et mélancolique (Un jour de pluie à New-York, Woody Allen)

Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Entre poésie, langueur et mélancolie, ce nouveau film de Woody Allen est un vibrant hymne à La Grosse Pomme et surtout à Manhattan. Gatsby (Timothée Chalamet) et sa petite amie, Ashleigh (Elle Fanning) se rendent à New-York pour que cette dernière puisse interviewer Rollie Pollard, éminente figure du cinéma intellectuel américain. Seulement voilà, les choses ne se passent pas exactement comme l’avait prévu Gatsby et la journée de la jolie blonde s’éternise sans qu’il n’y ait vraiment sa place. Alors il doit bien trouver à s’occuper, sous la pluie, dans sa ville natale. De déambulations en rencontres, de flâneries en scènes romantico-mouillées, les acteurs évoluent d’une rue à l’autre, d’une pièce à l’autre, sans que la cohérence ne soit toujours évidente et surtout sans que tout sonne très juste ou crédible.

Timothée Chalamet, qui nous avait soufflés dans A Beautiful Boy après sa performance…

Voir l’article original 344 mots de plus

Le vase rose, Éric Oliva

Collectif polar : chronique de nuit

Le vase rose, Éric Oliva lu par Miss Aline dans le cadre du bingo de l’été !

 Un livre qui fait parti de votre pal depuis plus de 6 mois (une antiquité)

Le livre : Le vase rose de Eric Oliva. Paru le 3 mai 2018 aux Editions Taurnada dans la collection le tourbillon des mots. 9.99€ ;  (240 p.) ; 18 x 11 cm

4ème de couverture :

Et si votre pire cauchemar devenait réalité ?

Quand votre vie bascule, vous avez le choix : sombrer dans le chagrin ou tout faire pour vous relever.

Frédéric Caussois a choisi.

Pour lui, aucun compromis, il doit savoir, connaître la vérité.

L’auteur : Né à Casablanca en 1967, Éric Oliva embrasse très tôt une carrière dans la Police Nationale. Exerçant à Paris puis à Marseille, il travaille aujourd’hui à la PJ de Nice. Passionné par son métier et les fonds sous-marins, c’est…

Voir l’article original 463 mots de plus

Une colonne de feu de Ken Follett

Collectif polar : chronique de nuit

Une colonne de feu de Ken Follett lu par Mamie Danièle pour le bingo de l’été de Thrillers et vous ☠️

Un livre de plus de 800 pages

Le livre : Une colonne de feu (A column of fire) de Ken Follett – traduction : Cécile Arnaud, Jean-Daniel Brèque, Odile Demange, Nathalie Gouyé-Guilbert et Dominique Haas  – Paru le 14 septembre 2017 aux éditions Robert Laffont. 24.50€. (922 p.) ; 24 x 16 cm

réédité au Livre de Poche le 30/01/2019  10.90 €  .(982 p.) ; 18 x 11 cm

 4ème de couverture :

La saga des Piliers de la terre et du Monde sans fin qui a captivé les millions de lecteurs se poursuit aujourd’hui avec Une colonne de feu, la nouvelle épopée sensationnelle de Ken Follett.
En 1558, les pierres patinées de la cathédrale de Kingsbridge dominent une ville déchirée par la haine religieuse. En Angleterre, Elisabeth Tudor…

Voir l’article original 1 532 mots de plus

Miss Islande

Girl kissed by fire

Audur Ava Olafsdottir

En 1963, en Islande, Hekla aimerait devenir poète, écrivain. Mais dans ce petit pays, les femmes n’écrivent pas, et puisqu’elle est jolie, pourquoi ne pas vouloir devenir Miss Islande ? mais ce n’est pas du goût de la jeune femme qui préfère gagner sa vie en travaillant… tout en écrivant quand même !

J’ai une nouvelle fois donner une chance à Olafsdottir avec son nouveau roman, n’ayant toujours pas lu Rosa Candida dont j’ai entendu tant de bien et n’ayant jamais été vraiment emballée par les deux romans que j’ai lu d’elle. Et malheureusement, ça a encore une fois été le cas. Le roman est court, pourtant, j’ai eu du mal à le finir. Le sujet était intéressant, j’ai appris des choses sur l’Islande et leur poésie, leur culture littéraire ; mais je n’ai pas été emportée par le récit, ni séduite par les personnages. A la…

Voir l’article original 78 mots de plus

❤ « De mémoire » de Yamina Benahmed Daho (Gallimard, 2019)

Les miscellanées d'Usva

Je souhaitais découvrir la collection L’arbalète des éditions Gallimard et c’est désormais chose faite avec ce roman dont la lecture m’a beaucoup marquée. Le roman d’une femme qui met des mots sur un drame vécu par certaines, sur une peur vécue par d’autres. Une violence qui ne peut laisser personne insensible.


Quatrième de couverture : « C’est arrivé hier, en pleine nuit, alors que je retournais chez une amie. Quand je lui ai montré les bleus sur ma cuisse, elle m’a conseillé de consulter. J’ai hésité. J’habite à huit cents mètres mais j’ai hésité à venir parce que j’ai peur de sortir. Et maintenant que je suis ici, j’ai peur de rentrer.

De mémoire raconte une femme, Alya, qu’une tentative de viol réduit à l’immobilité et à la peur. Les insomnies et les cauchemars, la tristesse et la solitude dans laquelle son corps s’enferme l’éloignent de plus en plus d’elle-même.

Voir l’article original 352 mots de plus