Le mauvais moine

Une nuit à la belle étoile

La musique jouée au camp d’Auschwitz-Birkenau

Blog Histoire Géo

En 2016, le professeur de solfège Patricia Hall s‘est rendue au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne, pour étudier la musique jouée par les prisonniers des camps de la mort durant la Seconde Guerre Mondiale. Elle a découvert l’existence huit manuscrits musicaux écrits par les déportés, issues de chansons populaires. Ils les arrangeaient afin de les jouer avec les instruments présents dans le camp.
Les morceaux étaient joué par les prisonniers musiciens devant la villa du commandant de la garnison.
L’un des morceaux, ironiquement intitulé « Die Schönste Zeit des Lebens » (La plus belle période de la vie), est un foxtrot basé sur une chanson de Franck Grothe, un compositeur allemand de musiques de films. Il a été enregistré en studio au mois d’octobre 2018 dans un résultat aussi proche que possible de ce à quoi il devait ressembler en étant joué à Auschwitz en 1943.
Patricia Hall est aussi parvenue…

Voir l’article original 94 mots de plus

On a besoin d’un fantôme

Blog Histoire Géo

510B1CLV5YL

On a besoin d’un fantôme raconte l’histoire d’un roi, Analphabète Ier, qui veut absolument que tout le monde pense comme lui. Pour épouvanter ses sujets, il décide de créer un fantôme d’État. Les Saucissons Brutaux, qui constituent sa garde rapprochée, arrêtent toutes les personnes de plus de soixante ans afin de récupérer leurs ossements. Les centres de ramassage se remplissent des vieillards du royaume dont les os permettront de fabriquer le fantôme. Honza livre son grand-père famélique pour le bien de la nation, le Juif implore le tyran, et la Mort ne fait plus peur…
Cette pièce de théâtre a été écrite pendant la Seconde Guerre mondiale par un jeune garçon de treize ans, Hanuš Hachenburg. Il était juif et faisait partie des 15 000 enfants internés dans le camps de concentration de Terezín.
Cette pièce pour marionnettes est parue sous forme manuscrite en 1943 dans le journal Vedem, la…

Voir l’article original 334 mots de plus

Congo Une histoire David Van Reybrouck

La viduité

9782330009304.jpg

Optant, autant que possible, pour une Histoire faite de témoignages directs, d’anecdotes, de visites sur place, dans Congo, une histoire, David Van Rybrouck livre une vision jamais simplificatrice mais pourtant simple à suivre de l’histoire, complexe et horrible, du Congo. À la fois récit parfois presque trop journalistique, traité de vulgarisation historique et tentative de comprendre l’institution d’un échec, Congo une histoire passionne et interroge.

Voir l’article original 891 mots de plus

Récidive – Sonja Delzongle

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : Récidive de Sonja Delzongle. Paru le 8 mars 2018 aux Éditions, Folio. 8,30 € ; 480 p. ; 10,8 x 17,8 cm.

4ème de couverture :

New York, printemps 2014. Hanah Baxter, profileuse française qui traque les tueurs en série, est de retour chez elle après un voyage en Californie. Elle a assisté à l’exécution de Jimmy Nash, un meurtrier sadique qu’elle avait aidé à capturer et qui voulait lui faire une dernière confession. Peu à peu, des événements étranges envahissent son quotidien. De mystérieux appels anonymes retentissent à toute heure. Des réminiscences inexplicables hantent ses nuits. Et la terreur s’empare d’elle… Saint-Malo, hiver 2014. Du haut des remparts, sorti de prison, Erwan Kardec contemple la mer en savourant sa liberté. Il y a trente ans, il a tué sa femme à mains nues, devant leur fille, Hanah. Jamais il n’aurait été démasqué si la fillette n’avait eu le…

Voir l’article original 688 mots de plus

 Jab ! de KIM Un-Su

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : Jab ! de KIM Un-su. Paru le 4 octobre 2018 aux éditions Serge Safran éditeur.Traduit du coréen par Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet 17,90 € ; (221 pages); 14 x 21 cm. 

4ème de couverture :

Colère et incompréhension animent les principaux personnages de Jab ! À commencer par un lycéen qui se met à apprendre la boxe (Jab est un coup de poing direct) pour se venger de l’humiliation que lui a fait subir son professeur principal dans un lycée où les élèves sont menés à la baguette. L’incompréhension, c’est celle que ressent la victime des redoutables agents secrets de « L’Atelier d’écriture » ou le narrateur de « Fleurs séchées » face au suicide d’une amie d’enfance. Et on frise la folie face à des jeunes farfelus qui font le casse d’une banque et se retrouvent… « Prisonniers de la chambre forte » !

Autant d’histoires rocambolesques contées avec humour et tendresse par…

Voir l’article original 490 mots de plus