La Vague – Todd Strasser

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre  : La Vague de Todd Strasser. Traduit de l’anglais par (Etats-Unis) Aude Carlier, avant-propos Harriet Harvey Coffin. Paru le 19 février 2009 chez Pocket dans la collection Pocket Best. 6€40 ; (221 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv : 

Cette histoire est basée sur une expérience réelle qui a eu lieu aux États-Unis dans les années 1970. Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort : «La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action.» En l’espace de quelques jours, l’atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader, lui-même totalement pris par son personnage.

Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la…

View original post 566 mots de plus

Publicités

Les rivières pourpres

kirsteen duval

Les-rivieres-pourpres.jpgAuteur : Jean-Christophe Grangé ( France )

Biographie : Après des études de lettres à la Sorbonne aboutissant à une maîtrise sur Gustave Flaubert, Jean-Christophe Grangé devient rédacteur publicitaire. En 1989, il se lance dans le journalisme comme grand reporter pour le National Geographic, Paris Match et le Sunday Times. Il crée par la suite la société L&G pour faire des reportages en free lance. Ces derniers vont l’entraîner aux quatre coins du monde et lui rapporter plusieurs prix : Reuter en 1991, World Press en 1992. Ces enquêtes seront aussi une formidable source d’inspiration pour ces romans. « Le Vol des cigognes », son premier roman, est publié en 1994. En parallèle de son travail littéraire, il écrit des scénarios pour le cinéma et la télévision. Son second roman paru en 1998, « Les Rivières pourpres », ne passera pas inaperçu. Le succès auprès du public se confirmera d’ailleurs en 2000, année où…

View original post 326 mots de plus

La belle histoire d’une jeune femme qui avait le canon d’un fusil dans la bouche – Denis Faïck

La Livropathe

la belle histoire

Denis Faïck a passé un sacré bout de temps dans ma PAL, depuis sa sortie en janvier tout de même, mais soyons honnête, il y en a qui y sont depuis bien plus longtemps (record détenu par tout ceux que j’ai récupéré suite à l’incendie de mon lieu de stage, c’est-à-dire plus de trois ans xD). Donc, de sa plutôt récente poussière, j’ai extirpé La belle histoire d’une jeune femme qui avait le canon d’un fusil dans la bouche, aux éditions Fleuve (18€90), pour le dévorer et vous en livrer les restes !

Cette fois, c’est fini ! Josiane s’est décidée pour de bon, elle va en finir. Elle va rester assise sur ses toilettes de la gare où elle travaille comme femme de ménage, et se tirer une balle dans la tête, à l’aide de se fusil dont elle vient de placer le canon dans sa bouche.
Seulement…

View original post 327 mots de plus

La rouille Éric Richer

La viduité

1ererouille.jpg

Quels mots mettrent sur nos catastrophes intimes, sur nos façons de ne pas nous laisser ankyloser par la rouille ? Quelles phrases agencées pour donner à voir la violence, et ses impensés, d’une vision adolescente qui réfute tout rite initiatique comme autant de récits inopérants, d’un autre temps ? Dans une prose si syncopée qu’elle sinue entre les hallucinations, Éric Richer nous entraîne dans La rouille dans son univers si singulier, inquiétant. Un premier roman plein de promesse.

View original post 754 mots de plus

L’Alchimiste

À la française ...

«L’ALCHIMISTE», par David Teniers, dit le Vieux. Peintre flamand du XVIIe, né et mort à Anvers, qui peignit principalement des sujets religieux pendant toute la période où il vécut à Rome. De retour dans sa ville natale, il ne produisit plus que des scènes de mœurs, d’intérieurs de cabarets et de kermesses.

Ses tableaux sont rares. Ses œuvres les plus remarquables: «Paysage avec des paysans» (Bruxelles), «Tentation de Saint Antoine» (Berlin), «Vertumne et Pomone» (Vienne). Parmi les toiles se trouvant dans les musées et les collections sous la signature de son second fils, certaines doivent être de lui et sans doute même d’un autre de ses fils nommé Abraham.
Source

View original post

Chroniques du Hainaut

À la française ...

Miniature des Chroniques du Hainaut attribuée à Roger Van der Weyden (Bibliothèque Royale, Bruxelles).

Jean Wauquelin «translateur et escripvain de livres» présente la traduction de Jacques de Guise, des Annales Illustrium Hannoniae, à Philippe le Bon qui en surveilla lui-même l’exécution. A droite, le comte de Charolais encore jeune et un groupe de chevaliers de la Toison d’Or. A gauche, probablement le chancelier Nicolas Rolin.

Source

View original post

Albert Camus – Caligula

À la française ...

Image

Albert Camus – Caligula

L’Auteur vous parle

Caligula, prince relativement aimable jusque-là, s’aperçoit à la mort de Drusilla, sa sœur et sa maîtresse, que le monde tel qu’il va n’est pas satisfaisant. Dès lors, obsédé d’impossible, empoisonné de mépris et d’horreur, il tente d’exercer, par le meurtre et la perversion systématique de toutes les valeurs, une liberté dont il découvrira pour finir qu’elle n’est pas la bonne. Il récuse l’amitié et l’amour, la simple solidarité humaine, le bien et le mal. Il prend au mot ceux qui l’entourent, il les force à la logique, il nivelle tout autour de lui par la force de son refus et par la rage de destruction ou l’entraîne sa passion de vivre.

Mais si sa vérité est de nier les dieux, son erreur est de nier les hommes. On ne peut tout détruire sans se détruire soi-même. C’est pourquoi Caligula dépeuple le monde…

View original post 101 mots de plus