Walter Nowak à terre Julia Wolf

La viduité

51TGDUXubEL._SX195_

Par bribes, dans une langue magnifiquement scandée par le retour des obsessions, un homme à terre revoit et confond les différents instants de son existence. Julia Wolf parvient à briser la syntaxe, couper les mots et enrailler l’élan de ses phrases pour donner corps aux rétrospections, au seuil de la douleur et de l’humour, de son personnage attachant et pitoyable. Roman sur une génération autant que roman sur la génération, dans Walter Nowak à terre la confusion mentale confine toujours à la lucidité.

Voir l’article original 783 mots de plus

Je ne suis pas seul à être seul – Jean-Louis Fournier

La Livropathe

fournier

Jean-Louis Fournier est, selon moi, un incontournable. Je l’ai découvert avec Veuf et Où on va papa ? Deux romans absolument magnifiques d’ailleurs. Depuis, j’ai toujours plaisir à voir une nouvelle publication de cet auteur. Je ne suis pas seul à être seul aux éditions JCLattès (19€) n’échappe pas à cette règle.

Plus personne à qui parler, plus de coup de fil si ce n’est de la Mairie vérifiant que tout va bien, une famille qui ne lui donne plus de nouvelle, bref une solitude sans fin. Mais pourtant, une solitude qui fait autant de bien qu’elle peut faire du mal. Une solitude qui manque quand elle s’en va. Le ras-le-bol des gens dès qu’ils se mettent à parler, tout en ayant besoin d’eux pour jouer les égoïstes.
Voilà ce qui manque le plus. Dans l’absence des autres, c’est l’absence de soi, de parler de soi, de se plaindre, de…

Voir l’article original 172 mots de plus

Nos rendez-vous, Eliette Abecassis

Pamolico : critiques, cinéma et littérature

Éliette Abécassis écrit sur l’amour d’une vie, sur les rendez-vous et surtout sur les rendez-vous manqués.

Vincent et Amélie se rencontrent alors qu’ils étudient à la Sorbonne, l’un l’économie, l’autre les lettres. Ils passeront désormais leur vie à se croiser pour mieux s’éloigner, à s’effleurer pour mieux se détourner. À intervalles plus ou moins réguliers, les pensées de l’un sont traversées par un souvenir, aussi soudain qu’un éclair, et puis cette lumière illuminera les rêveries de l’autre mais seulement trois ans plus tard. Des erreurs de timing, voilà ce sur quoi ce base ce roman. Des erreurs de timing mais aussi des hasards malheureux – ou un peu trop convenus dans leur infortune.

Les phrases sont tantôt courtes et simples, tantôt longues. Les énumérations et les anaphores jalonnent Nos rendez-vous, trop nombreuses. Elles alourdissent l’ensemble qui ne pèse pourtant pas bien lourd – que sont 162 pagespour raconter…

Voir l’article original 126 mots de plus

Nouvelle parution : Son Espionne Royale et la partie de chasse – A livre ouvert

Bonne nouvelle ! Après plusieurs mois d’attente, les éditions Robert Laffont inaugurent la nouvelle année en publiant aujourd’hui le troisième tome de la série policière de Rhys Bowen :… Source : Nouvelle parution : Son Espionne Royale et la partie de chasse – A livre ouvert

Deux recueils des écrits politiques de Stefan Zweig

Un récit sur le camp de Mauthausen

Trash de Andy Mulligan

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : Trash de Andy Mulligan. Traduit de l’anglais par Paul Benita. Paru le 6 septembre 2012 chez Balland dans la collection Littérature étrangère. 19€90. (267 p.) ; 23 x 14 cm

Réédité en poche le 2 octobre 2013 chez Le Livre de Poche, 6€90. (258 p.) 18 x 11 cm

4e de couv :

Trash

On ne sait jamais ce que l’on peut trouver au milieu des ordures…

« Je fouille la décharge depuis que je sais marcher ; les gens mont toujours dit « Un jour, tu trouveras quelque chose de spécial ». Et ce fut vraiment lé cas. »

Raphaël Fernandez a quatorze ans. Il vit avec ses copains sur les montagnes d’ordures aux abords d’un bidonville. « Slum boy » parmi tant d’autres, sans éducation, sans perspectives d’avenir, il est a priori condamné à évoluer parmi les déchets toute sa vie. Jusqu’au jour où il trouve un sac, qui contient, entre autres, des clés…

Voir l’article original 1 012 mots de plus