Stop being a wise guy…

News from Ibonoco

« Si, ayant frappé ton prochain sur une joue, il te tend l’autre, frappe-le sur la même, ça lui apprendra à faire le malin. »

François Cavanna (1923 – 2014)est un écrivain, journaliste et dessinateur humoristique français. En 1943, il sera requis pour le Service du Travail Obligatoire (STO) et envoyé à Berlin dans le camp de Baumschulenweg où il travaillera pour l’usine de munitions Graetz. Après la guerre, en 1954, il collaborera au magazine Zéro où il rencontrera Georges Bernier. Avec ce dernier – qui prendra le nom de professeur Choron – , ils fonderont en 1960 le magazine Hara-Kiri, puis Hara-Kiri Hebdo ainsi que le mensuel de bande dessinée Charlie en 1969. A la mort du général de Gaulle, Hara-Kiri Hebdo sera interdit pour avoir publié dans ses colonnes : « Bal tragique à Colombey – un mort ». En 1970, c’est dans…

Voir l’article original 173 mots de plus

Nonobstant et en revanche, le Meurtre du Commandeur en livre audio | Le fil rouge

C’est avec Kafka sur le rivage que j’ai découvert, il y a longtemps, la plume de Haruki Murakami, auteur japonais dont je suis irrémédiablement tombée sous le charme. Je viens tout juste de termine… Source : Nonobstant et en revanche, le Meurtre du Commandeur en livre audio | Le fil rouge

« Liens de sang » de Damian Duffy et John Jennings d’après Octavia E. Butler (Presque Lune, 2019)

Les miscellanées d'Usva

61ZmjLTlWaL

En ce début d’année j’ai souhaité encore élargir mes voyages dans les genres littéraires. Et quitte à me mettre à la science-fiction, autant le faire en restant dans des thématiques auxquelles je suis sensible. C’est pourquoi je me suis tournée vers ce roman graphique que j’avais repéré dès sa parution mais qui m’avait justement un peu fait peur du fait de son traitement par le biais non purement historique. Alors, avais-je raison d’avoir peur de la science-fiction pour traiter l’histoire de l’esclavage ? Non, j’ai eu complètement tort.

Quatrième de couverture : « Dana, jeune femme noire vivant dans les années 1970, est soudainement et inexplicablement transportée de sa maison en Californie vers le Sud d’avant la guerre civile (1861-1865). Alors qu’elle voyage dans le temps en plusieurs allers et retours entre sa réalité contemporaine où elle est une femme libre et l’époque de la guerre de Sécession, elle se…

Voir l’article original 388 mots de plus

[Service Presse] La Machine à Brouillard, Tito Desforges

Des plumes et des livres

La Machine à Brouillard

Numérique – 128 pages
Publié le 13 février 2020
Editions Taurnada
– Service Presse –

*
*   *
*

~ 4e de couverture ~

Mac Murphy est un soldat d’élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l’essentiel de son âme, morceau après morceau. Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l’Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c’est une mauvaise idée. Une époustouflante plongée dans l’amour d’un père pour sa fille et dans les tréfonds de la démence d’un homme. Inlâchable. Attention : cauchemar.

Voir l’article original 287 mots de plus

❤ « Le lièvre et les lapins » de Timothée Le Véel (L’Ecole des Loisirs, 2019)

Les miscellanées d'Usva

910dfIqX5jL

Une des choses qui me définissent est que j’adore les lapins et tout ce qui a un petit museau hyperactif, de grandes oreilles et un petit pompon en guise de queue. C’est un peu mon animal totem (non, ne prenez pas peur). Donc quand j’ai croisé cet album je n’ai pas pu résister, j’ai pris appui sur mes pattes arrières et j’ai sauté dessus, avec une grâce (contestable) qui m’est propre.

Quatrième de couverture : « Adopté par une garenne de lapins à la mort de sa mère, un jeune lièvre grandit entouré d’affection mais avec des envies de liberté. Lorsqu’il croise le chemin d’un de ses congénères, il se laisse facilement convaincre de partir à l’aventure. Mais une fois cernés par les loups, parviendront-ils à se tirer de ce mauvais pas ? Pas tout seuls… »

J’ai déjà eu l’occasion de dire que les albums pour la jeunesse peuvent…

Voir l’article original 226 mots de plus

L’art du meurtre de Chrystel Duchamp

Ju lit les mots

Rien que le titre m’a intrigué ! Je me suis demandée comment l’auteure pouvait ériger le meurtre en art et je dois dire qu’à la lecture, on comprend mieux et on se dit qu’effectivement tuer est tout un art… Mais surtout qu’au nom de l’art on peut facilement basculer… 

Chrystel Duchamp se démarque par l’excellente documentation comme support de construction à son intrigue !

Avec un personnage peu commun, une fliquette dont la vie est sur le fil du rasoir mais qui garde une certaine lucidité sur cette enquête, dont très vite elle décèle la finesse du meurtrier… Elle touche du bout des doigts ce qui échappe à tous et cela grâce à son cursus d’origine. C’est en même temps faire la part belle aux flics,qui passent souvent pour des incultes et je trouve ça vraiment pas mal que ce rappel soit fait. 

Il y a aussi ce côté cliché…

Voir l’article original 520 mots de plus

(#529) Jean-Baptiste Maudet – Des humains sur fond blanc | LES LIVRES DE K79

Court résumé: Des rênes ont été contaminés par la radioactivité et se déplacent dans le Grand Nord. Tatiana, une scientifique russe, est réquisitionnée pour aller constater sur place, accompagnée d… Source : (#529) Jean-Baptiste Maudet – Des humains sur fond blanc | LES LIVRES DE K79