Bass Rock, Evie Wyld

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Dans l’ombre de Bass Rock s’élève une bâtisse froide, austère, lugubre. Des femmes ont vécu là; elles y ont été malheureuses, violées, elles y ont accouchée, elles y sont mortes. Evie Wyld met en scène trois d’entre elles, à trois époques différentes. Viviane, quarantenaire londonienne un peu perdue dans sa vie, artiste lassée et bohème, doit vider la maison de Bass Rock avant qu’elle ne soit vendue. Les souvenirs de sa grand-mère, Ruth, la hantent, flottent dans chaque pièce, portés par les grains de poussière qui volent dans la lumière marine. La troisième est une fille rousse au destin tragique, sorcière à la peau porcelaine. Enfin, malgré ce que rapporte le résumé de l’éditeur, une quatrième ombre est présente en filigrane, multiple – son nom est tu, égérie qu’elle est (qu’elles sont) de ces victimes maltraitées au cours des siècles, servante abusée, torturée.

Si Bass Rock est imprégné d’une véritable…

Voir l’article original 223 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s