The Lost Daughter, Maggie Gyllenhaal

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Adaptation de Poupée volée, d’Elena Ferrante, The Lost Daughter met en scène une Olivia Colman qui a délaissé les costumes de The Crown et de The Favourite pour se glisser dans la peau de Leda, une mère ayant laissé filer ses filles, s’étant réveillée trop tard, touchée par la fibre maternelle alors que tout était perdu. Seule en vacances en Grèce, cette professeure de littérature comparée, spécialiste de Yeats et de ses traductions, s’alanguit sur la plage lorsqu’une famille américaine s’installe sur le sable, à grands renforts de cris et de pleurs d’enfant. Elena, la petite fille, émeut bien vite Leda qui la regarde de loin, tâche de rester à distance, le regard blessé et mélancolique d’Olivia Colman laissant deviner une fêlure cachée. La mère de la fillette, Nina, interprétée par Dakota Johnson, est jeune, si jeune, et rappelle à Leda sa propre lutte. Bientôt, des flashbacks…

Voir l’article original 294 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s