Mausolée, Louise Chennevière

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Écrire un mausolée à son amour mort, ou plutôt à son chagrin, bien vivant, filant dans les veines jusqu’au cœur, jusqu’aux paupières clignant pour faire fuir les larmes – poésie en prose, phrases en vers, paragraphes presque strophes. Le « je » dit la douleur, la violence des sentiments, de l’évidence du premier regard à l’espoir du dernier regard. Cette mélodie heurtée, bouleversée et bouleversante fait écho à Ça raconte Sarah. Louise Chennevière raconte, à la première personne, un amour tragique, chronologie anarchique, anarchie des souffrances, de la ponctuation contre laquelle chaque phrase, longue, déliée, déferle, comme une vague contre un rocher, virgules et points comme des hoquets entrecoupant deux sanglots, une inspiration brusque, un arrêt sur image, une absence. Ne pas tout dire, pudeur ; éviter de nommer l’indicible, l’immémorable.

Mausolée s’achève avec la rencontre qui détermina des cent cinquante pages précédentes, qui vint chavirer un cœur et un destin…

Voir l’article original 106 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s