Idaho, Emily Ruskovich

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Idaho est un roman insaisissable à bien des égards, volatile, aussi évanescent que les pensées les plus fugaces, que les impressions passagères, que les sentiments incompréhensibles. Avec ce premier livre, Emily Ruskovich parvient à saisir l’immatérialité des songes et des souvenirs, le tissu léger et impalpable dont ils sont faits. Tout découle de ce jour d’été de 1995, celui où tout bascula. Aujourd’hui, Ann est mariée à Wade et ce dernier perd la mémoire. Ce qu’il a traversé, ce qui a fait de sa vie ce qu’elle est désormais s’évanouit peu à peu, se fond dans la matière terne des jours du présent. Seuls subsistent quelques réminiscences légères, simples impressions le poussant à réagir violemment dans certaines situations qui réveillent une douleur, comme une cicatrice frottée qui rappellerait l’intensité de la souffrance ressentie lorsque la peau était à vif. Ann devient le dernier réceptacle de la mémoire, de cette…

Voir l’article original 292 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s