« Kill Annie Wong » de Swann Meralli, Gaël Henry et Paul Bona (Sarbacane, 2021) • Rentrée littéraire

Les miscellanées d'Usva

J’avais eu l’occasion de découvrir Swann Meralli avec Algériennes. 1954-1962, que j’avais apprécié. Mais pouvoir le lire dans de la fiction pure m’a sérieusement chatouillée et c’est avec Gaël Henry aux illustrations et Paul Bona à la couleur que ce souhait se réalise.

Quatrième de couverture : « À Chogsu Siti, mégapole coréenne tentaculaire, au bord de l’implosion, où politique rime avec crime organisé, vit Enzo, 24 ans, muet et tueur à gages ultra performant. Enzo a deux passions dans la vie: Le grand bleu, et la voix d’une mystérieuse chanteuse dont il se repasse le morceau en boucle quand il massacre des anonymes pour le compte de ses clients. Sa dernière mission qui lui vient tout droit du chef de la police : s’en prendre à ce salaud de Mon-Sik, gangster qui veut détrôner la puissante maire aux élections, en attaquant sa petite copine.

Mais voilà, alors…

Voir l’article original 304 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s