Julie (en 12 chapitres), Joachim Trier

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Julie racontée en 12 chapitres – une jeune femme d’aujourd’hui indécise, feu follet souriant, boule d’énergie qui trouve finalement un équilibre avec Aksel, de quinze ans son aîné. Mais le «timing» évoqué par Joachim Trier n’est pas le bon; tous deux n’en sont pas au même stade de leur vie, n’ont pas les mêmes envies, ni les mêmes aspirations. Peu à peu, le charme de la douceur posée et intellectuelle du bédéiste s’estompe avec les années; le sortilège prend fin avec la rencontre entre Julie et Eivind à une soirée, porteuse de la promesse d’une liberté plus grande – croit-elle. Tous deux jouent à flirter avec les limites de la fidélité, à manquer se brûler les ailes, le réalisateur critiquant notre conception monogame de l’amour grâce à une esthétique subtile. L’honneur est sauf mais le cœur n’en sort pas indemne.

Copyright : Oslo Pictures

Construit de manière hachée, en douze…

Voir l’article original 459 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s