Les lanceurs de feu, Jan Carson

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

En 2014, à Belfast, des feux embrasent l’été. Le ciel n’est plus que fumée tandis que les flammes montent, lèchent les pavés puis les façades, grisent les murs et l’atmosphère. Jan Carson ancre son roman dans cette parenthèse brûlante, asphyxiée par la chaleur et par les braises rougeoyantes qui flottent dans l’air. Les rues de Belfast naissent de ses mots, entre grisaille ambiante, barbecues, enthousiasme enfantin et populaire, violences qui couvent, encore, déjà. En parallèle de ces plongées au cœur de la ville qui flambe, elle relate la vie de deux pères, Sammy et Jonathan, deux pères qui craignent pour leur enfant, pour le chaos dans lequel ils pourraient plonger le monde, pour le brasier qu’ils abritent en leur sein – lanceurs de feu littéraux ou potentiels. La personnalité de ces deux hommes ne se ressemble en rien. L’un est taciturne, inquiet, solitaire, tandis que le second tâche de…

Voir l’article original 254 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s