La plus secrète mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Mohamed Mbougar Sarr signe un roman complexe, à la fois fresque historique, voyage intellectuel et physique, histoire d’amour impossible, réflexion sur la colonisation, sur les relations entre Noirs et Blancs depuis le début du XXème siècle, de la Grande Guerre à l’exil, des flux migratoires à la Shoah, réflexion politique, plongée dans les croyances sénégalaises, dans la littérature d’ici et d’ailleurs, quête inlassable et vaine. La plus secrète mémoire des hommes est avant tout un grand roman métafictionnel, analyse brillante de l’écriture, du processus autant que de l’impact produit, de l’origine des mots à leur cible.

Diégane est Sénégalais, comme Mohamed Mbougar Sarr. Il habite à Paris, erre dans les rues, les cafés, chez ses amis après avoir signé un premier roman décevant, né d’un cœur brisé. Finalement, il vit l’épiphanie d’une existence en découvrant Le labyrinthe de l’inhumain, livre disparu, introuvable désormais puisque tout exemplaire a…

Voir l’article original 367 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s