S’il n’en reste qu’une, Patrice Franceschi

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Rachel Casanova, journaliste australienne, part pour le Rojava, pays kurde au cœur de la minisérie No man’s land. Ce voyage la mènera ensuite au Kurdistan Irakien puis en Turquie, sur les traces des Yapajas, combattantes qui luttent contre Daech tout en se cachant des forces d’Erdogan qui leur sont hostiles. En visitant un cimetière détruit, Rachel s’arrête devant une tombe double où sont enterrées Tékochine et Gulistan, «sœurs d’armes», sœurs jusque dans la mort. Elle décide ainsi que ce sera là le point de départ de son enquête qui deviendra un livre, n’ayant désormais de cesse de comprendre la manière dont ont été tuées les deux femmes si braves, prêtes à tout pour la victoire de la liberté, ce pourquoi elles reposent ensemble dans le même caveau – «S’il en demeure dix, je serai le dixième, / Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là» écrivait Victor Hugo…

Voir l’article original 331 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s