Quatre heures, vingt-deux minutes et dix huit-secondes, Lionel Shriver

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes d’effort

Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes ou le temps moyen pour courir un marathon. À soixante et soixante-quatre ans, Serenata et Remington sont maris et femmes depuis des décennies et ont surmonté de nombreuses épreuves, mais le pire semble à venir. Jeune femme, Serenata était une véritable pile électrique, courant, sautant et pédalant à la moindre occasion: aujourd’hui, son corps lui dit stop et son arthrose aux genoux ne lui permet plus de faire ses seize kilomètres quotidiens – à peine de continuer à se déplacer à vélo. Remington, lui, vient d’être licencié et doit se trouver une occupation. Il décide ainsi de se mettre à la course à pied, et même, au marathon, provoquant la jalousie grandissante de son épouse.

Lionel Shriver, sarcastique et mordante

Lionel Shriver, femme de lettres américaine née en 1957, s’intéresse à l’entrée progressive dans…

Voir l’article original 315 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s