Au-delà de la mer, Paul Lynch

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Paul Lynch : l’onde pour seul horizon

Bolivar n’est qu’un pêcheur. Il ne connaît que la mer et ses poissons, son panga et ses filets. Un jour, alors qu’une tempête approche, il décide de prendre le large malgré tout et entraîne avec lui un adolescent que son patron lui a amené, faute de son partenaire habituel. Le vent se lève, les vagues les emportent, loin. Le moteur ne fonctionne plus.

Paul Lynch, avec ce scénario d’une apparente simplicité, construit un récit abouti qui oscille entre roman et réflexion philosophique. L’océan, à l’infini, et rien au-delà de la mer si ce n’est le bleu du ciel qui se confond avec l’onde. Bolivar et Hector survivent, la peau tannée par le sel et le soleil, la bouche sèche et l’estomac creux. Ils réfléchissent, confrontés à la mortalité de l’homme, à sa fragilité et à sa petitesse face au monde. Quand…

Voir l’article original 384 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s