Poussière dans le vent, Leonardo Padura

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Des protagonistes, poussière dans le vent

Comme la poussière dans le vent, les héros de ce roman se dispersent, balayés par l’air chaud de la «Terre Brûlante», vers les quatre coins du monde. Entre hier et aujourd’hui, États-Unis, Espagne et île communiste, le lecteur suit leurs pérégrinations, les malheurs qui les frappent et qui malmènent leur amitié, pourtant indéfectible.

Adela et Marcos sont amoureux. Ils vivent dans la banlieue cubaine de Miami, entouré de mots espagnols et de peaux de miel, de souvenirs qui semblent bien étrangers à la jeune femme. Née à New-York, elle n’a de cubain que la silhouette et les racines, sa mère refusant de lui révéler quoi que ce soit de sa jeunesse, des années qui ont précédé son exil. Une photographie remet tout en question, ses silences et ses secrets, fait jaillir le passé dans la narration qui bascule dans les années 1990. La…

Voir l’article original 360 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s