Les dents de lait, Helene Bukowski

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Les dents de lait ou un conte dystopique

Cette dystopie emprunte aussi aux contes d’autres temps, traversés d’éclats de rousseur, de miracles éphémères et de rires cristallins – ceux des changelins, ces créatures émissaires des fées. De Meisis, la petite fille aux cheveux de cuivre qui émerge de la forêt un jour et que Skalde recueille, elle ne saura rien. De même qu’elle ne sait rien d’Edith, sa propre mère. Toutes deux viennent d’ailleurs, sont arrivées d’on ne sait où dans cette région tantôt recouverte d’un lourd brouillard, tantôt brûlée par un soleil impitoyable. Les villageois n’aiment pas ceux dont ils ignorent l’origine et la raison de la fuite; ils n’aiment pas les étrangers. Deux femmes d’un autre monde sous un même toit, voilà qui menace de jeter l’opprobre sur la maison de Skalde et de sa mère au comportement étrange, aux bijoux de nacre, aux parures de soie et…

Voir l’article original 210 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s