Seule en sa demeure, Cécile Coulon

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Seule en sa demeure, ingénue gothique

Cécile Coulon déploie ici toute une toile de métaphores pour mieux emprisonner Aimée et son entourage dans ces fils collants de secrets. L’héroïne est une jeune femme frêle et silencieuse, nouvellement épouse de Candre, un homme froid mais attentionné, homme de Dieu et de marbre, de parole malgré ce qu’il semble dissimuler. Il disparaît dans la journée, laissant Aimée presque seule en sa demeure, discrètement hantée par Henria, la domestique, et Angelin, son fils. Comme dans ces romans gothiques, de Dracula de Stoker au Moine de Matthew Lewis, l’héroïne est une ingénue timide qui tente de comprendre où elle a atterri, les mystères qui régissent la demeure magistrale, souvent château, où leur nouveau maître les accueille jusqu’à les faire captives… Le domaine des Marchère est entouré de bois, de pins sombres dont l’odeur résineuse et entêtante imprègne la bâtisse et l’esprit de…

Voir l’article original 260 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s