Seberg, Benedict Andrews

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Seberg, une actrice engagée et traquée

Loin des paillettes et des tapis rouges, Seberg s’attache à dépeindre le quotidien de l’actrice chérie de la Nouvelle Vague, son quotidien d’activiste. Loin de se contenter d’être cette jolie blonde ingénue, la «dégueulasse» de Godard, elle se battit en effet pour davantage d’égalité au sein de son pays, en plein Mouvement pour les Droits Civiques.

Le long-métrage de Benedict Andrews s’ouvre en 1968, pendant les manifestations étudiantes qui mettent Paris à feu et à sang. Jean s’apprête alors à repartir pour les États-Unis, laissant en France Romain Gary, son mari campé par Yvan Attal, et son fils. Là-bas, elle fait la connaissance du cousin de Malcolm X, Hakim Jamal à qui Anthony Mackie prête ses traits (vu notamment dans Soloset dans les Avengers) et, avec lui, s’engage plus avant dans la lutte pour plus de justice, pour une…

Voir l’article original 382 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s