L’étrange disparition d’Esme Lennox, Maggie O’Farrell

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Esme sait se rendre invisible. Elle respire tout doucement, par à-coups légers, ne bouge plus, se voûte à peine.Déjà sur les photographies, enfant, elle était floue, insaisissable, en train de s’évaporer.Et puis,elle a disparu pendant soixante ans derrière les murs d’un asile.Cinquante ans aprèsl’hospiceSharstondeLa salle de bald’Anna Hope, aprèsles chambres sordides de la Salpêtrière dépeintesdansLe bal des follesde Victoria Mas, lesfemmes étaient encore considérées comme possiblement hystériques, les trop fragiles étaientinternéespour plus de commodité. Pourtant,aujourd’hui, l’institution où vit Esme doit fermer et la seule qui semble responsable de la vieille dame, c’est Iris, sa petite-nièce, qui ignore tout de son existence.Maggie O’Farrellvoyage d’un esprit à l’autre, des penséesaiguisées mais malgré tout perdues d’Iris à celles plus confuses et brouillées d’Esme qui tente de comprendre les raisons de son enfermement,tâchantvainement de retracer son chemin jusqu’àl’hôpitalpsychiatrique. Le passé vient ainsi manger le présent, même quand celui-ci…

Voir l’article original 154 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s