Les mangeurs d’argile, Peter Farris

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Dans les états du sud, le kaolin est un bien précieux, caché dans le sous-sol des terres marécageuses, entre bois et cours d’eau. Étaient des mangeurs d’argile les Noirs et les indigents qui tâchaient de se remplir l’estomac en oubliant leur faim; sont des mangeurs d’argile tous les hommes et toutes les femmes attirés par le miroitement de l’or, par la promesse d’un trésor.

Ce roman commence comme une tendre histoire filiale et vire au bain de sang. Jesse vient de perdre son père, peut-être dans un banal accident, peut-être dans un coup-monté. Richie Pelham était apprécié, mais son terrain recelait des merveilles qu’il ne voulait pas voir. Ses cerfs et la beauté de la nature étaient les seuls bijoux qu’il souhaitait préserver, loin des préoccupations des hillbillies vénaux qui habitent alentours. Carroll, le frère de Grace, et cette dernière, la belle-mère de Jesse, semblent nourrir des desseins bien…

Voir l’article original 403 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s