Un été à Nantucket, Elin Hilderbrand

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Un été à Nantucket, celui d’une famille banale

Elin Hilderbrand est née en 1969, en juillet, la semaine du lancement de la fusée Apollo 11. Elle s’inspire ici de cet été-là, hanté par les images de la Guerre du Vietnam, par l’image renfrognée de Nixon, nouveau président, par la sphère parfaite et lointaine de la lune, par les cris des femmes enfin décidées à se saisir de leur destin, par la musique de Woodstock. Son Été à Nantucket repose sur une famille, entre insouciance et culpabilité, inquiétude et sourires. Elle alterne les perspectives pour permettre aux trois filles d’être sur le devant de la scène tour à tour. Blair, l’aînée, est enceinte, vêtue de son éternelle robe jaune, seule tenue qu’elle peut encore fermer. Kirby cherche à prendre son indépendance et à se responsabiliser après quelques sombres mésaventures, des arrestations et un lourd chagrin d’amour. Quant…

Voir l’article original 274 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s