Antoinette dans les Cévennes, Caroline Vignal

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Un scénario sommaire…

Antoinette (Laure Calamy) est institutrice et elle a tendance à tomber facilement amoureuse … Son dernier coup de cœur en date est le père de l’une de ses élèves, Vladimir (Benjamin Lavernhe, que l’on attend dans l’adaptation du Discours). En ce dernier jour d’école, elle se réjouit de le retrouver pour une semaine sans sa femme, ni sa fille. Or, il a une mauvaise nouvelle à lui annoncer : tous trois partent dans les Cévennes pour une randonnée en plusieurs étapes, accompagnés par un âne – un point de départ qui trouve ses sources dans le passé de Caroline Vignal, la réalisatrice, marquée par de joyeux souvenirs d’un tel séjour. Désespérée par ce contretemps, Antoinette ne se laisse pas abattre et décide de s’engager elle aussi sur le chemin de Stevenson : si Vlad est son promis, alors ils se retrouveront…

… pour…

Voir l’article original 216 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s