En mémoire d’une saison de pluie, Fouad El-Etr

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

C’est, croit-on, l’histoire d’un trio amoureux – du narrateur, d’une belle chasseresse nymphe des bois et d’un philosophe hardi. Errance dans la forêt, sous l’orage et la pluie, dans le tonnerre et l’ombre des arbres, ce roman est un poème en prose, poème qui s’étire sur près de trois cents pages, envoûtant et confondant. Fouad El-Etr est un barde, écrivain qui fait éclore des vers depuis cinquante ans et donne cette fois vie, comme en transe, à ce premier roman d’une beauté éthérée et singulière. Il revient sur sa jeunesse, sur cet automne entre amis, arrosé de gouttes, de sang, d’amour, de brume, dans une demeure nichée entre herbe et arbres millénaires. Diane est au cœur des attentions, aux yeux bleu chardon puis vert clairière, changeant sans doute d’identité comme le narrateur se glisse de rêves en souvenirs, du corps de son amante au sien, de son « je »…

Voir l’article original 261 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s