De sel et de fumée, Agathe Saint-Maur

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Leur amour était de sang et de larmes, d’eau de mer et de gaz lacrymogène. De sel et de fumée. Samuel raconte Lucas et sa fougue, Lucas et ses éclats, Lucas et son air fanfaron. Lucas qui n’est plus là. Se mêlent, au présent, fragments de leur histoire si brève mais si intense, et bribes de deuil, de douleur salée, de vide béant au creux du ventre. Samuel était le plus timoré des deux, le discret, comme l’Elio de Call me by your name, comme l’Alexis d’Été 85. Leur amitié incandescente s’est soudainement transformée en passion brûlante, dévastatrice, violente.

Agathe Saint-Maur se glisse avec souplesse dans la peau d’un jeune homme qui semble plus âgé, qui sonne presque trentenaire alors qu’il est encore étudiant à Sciences Po, école que l’auteure a quittée il y a quelques années à peine. Elle embrasse les sentiments de son narrateur…

Voir l’article original 223 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s