Les jours heureux, Adélaïde de Clermont Tonnerre

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Les jours heureux au soleil

Oscar, le narrateur d’Adélaïde de Clermont Tonnerre, est le fils d’un couple mythique, mythique mais imaginaire. Stars du grand écran, en coulisses, réalisateurs grandioses, ils sont une légende à eux tout seuls, mais cette légende ne réside pas que dans leur filmographie: leur amour est aussi auréolé de grandeur, d’une pincée de magie. Ils se sont aimés, détestés, remariés, séparés. Et puis réunis, une nouvelle fois, la dernière. Oscar débute ce récit par le diagnostic qui est posé à sa mère– elle ne survivra pas à son cancer qui a déjà réduit en esclavage une partie de son corps. Prétexte à divagation, cette annonce entraîne Oscar dans ses souvenirs d’enfance, de vacances et de dîners entre amis où, petit, il se laissait porter par les rumeurs lointaines, les parfums du sud et du repas, la brise rafraîchie par la nuit – Les jours…

Voir l’article original 384 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s