Ca n’arrive qu’aux vivants – James Hadley Chase

très bon « polar »…

Jours d'humeur

Ca n’arrive qu’aux vivants – James Hadley Chase – Gallimard

C’est l’éternelle histoire du petit qui veut grandir. Du petit qui s’associe avec les mauvaises personnes pour grandir plus vite. Du petit qui, comme par hasard, parvient à séduire une vamp inaccessible aux petits. Du petit, pas si petit que cela.

Chase appartient à un cortège d’auteurs US que j’ai tendance à classer « années 50 » même si les romans de ces hommes (aucune femme, ce n’est pas de ma faute) couvrent une période allant des années 20 aux années 70 (Hammet, McBain, MacCoy, Himes etc).

On n’est pas loin de la « Pulp littérature ». Des romans courts, totalement dépourvus de la moindre once de philosophie (heureusement !) et peu versés dans le donnage de leçon(s) (et j’écris « donnage » si je veux). Les méchants sont très méchants et les gentils ne sont pas très gentils. Une littérature directe, sans prise de tête…

Voir l’article original 44 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s