La part des ténèbres – Stephen King

Jours d'humeur

La part des ténèbres – Stephen King – Le livre de poche (Albin Michel)

Il faut bien le dire, Stephen et moi vivons une relation houleuse. Surtout à cause de lui.

Stephen est bipolittératuraire. Ses romans sont souvent mauvais (Cœurs perdus en Atlantide), ou très mauvais (Duma Key). Parfois, plus rarement, ils sont bons (Dôme) ou très bons (Les Tommyknockers). Ce qui fait que, chaque fois que j’entame une relation avec lui, je ne sais pas à quoi m’attendre.

De plus, je dois avouer que sa manière d’écrire me crispe. Notamment son habitude

(pas toujours, mais de temps en temps)

d’ajouter des remarques entre parenthèses dans un même paragraphe, me dérange. En outre, son (ou ses) traducteur semble travailler de manière automatique. A sa décharge, vu la production de Stephen, il n’a pas trop le temps de finasser. Comment est-il possible d’écrire autant ? Seul Michel Onfray fait pire (et…

Voir l’article original 131 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s