Putzi, Thomas Snégaroff

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Même si Thomas Snégaroff et Gallimard ne le présentent pas ainsi, il s’agit bien là du travail d’un historien. Extrêmement documenté, travaillé, recherché, abouti, Putzi revient sur le destin d’Ernst Hanfstaengl, « le pianiste d’Hitler ». Certes romancée, cette biographie croise les sources, mêle géopolitique et atermoiements individuels, prend de la hauteur avant de zoomer sur un visage, un événement précis. Le premier tiers du livre est difficile d’accès, presque brouillon dans sa construction complexe où la chronologie bondit en avant puis revient sur ses pas, où Louis II de Bavière, Wagner, Ernst et son père, Hitler, Amérique et Allemagne se mélangent, se succèdent dans une sorte de carte mentale où tout est lié mais dont l’élaboration a demandé un raisonnement qui n’est pas immédiatement accessible au lecteur. Ensuite, ce dernier comme l’auteur prennent leurs marques et l’alternance analepses / prolepses s’apaise malgré quelques tressautements temporels qui subsistent çà…

Voir l’article original 178 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s