« Kim Jiyoung, née en 1982 » de Cho Nam-joo (NiL, 2020 ; 10/18, 2021)

Les miscellanées d'Usva

Depuis sa traduction en français, impossible de ne pas croiser ce roman qui décrit le patriarcat en Corée du Sud, le sexisme quotidien qui enferme les femmes et les assigne à des rôles bien définis, les conditionnent au sacrifice de leurs envies et de leurs besoins. Ces sujets m’intéressent et lire qu’il a fait polémique en Corée du Sud lors de sa parution m’a rendue encore plus curieuse. Qu’est-ce qui a tant dérangé ? Le fait de rendre visibles des injustices récurrentes et de remettre en cause la place d’une masculinité dominante ? Il fallait bien que ce soit dit.

Quatrième de couverture : « Kim Jiyoung est une femme ordinaire, affublée d’un prénom commun – le plus donné en Corée du Sud en 1982, l’année de sa naissance. Elle vit à Séoul avec son mari, de trois ans son aîné, et leur petite fille. Elle a un travail qu’elle…

Voir l’article original 611 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s