Lettre à un ami heureux aux Enfers Maczka Hervier

La viduité

À l’écoute du silence déraisonnable du monde, dialogue avec celui qu’on a été, avec nos surdités, nos mythes – celui de Sisyphe – de nos imaginaires, des crises mais aussi les instants de relâches que l’on pourrait nommer bonheur. Maczka Hervier signe un magnifique texte composite (entre essai, récit et poème) d’une grande unité inquiète. Lettre à un ami heureux aux Enfers offre, dans son discours à l’absence, une autre manière, minérale, d’être au monde : l’imagination d’un bonheur infernal, à l’ombre des répits de l’absurde.


Voir l’article original 612 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s