Les oiseaux de Bangkok – Manuel Vàzquez-Montalbàn

Jours d'humeur

Les oiseaux de Bangkok – Manuel Vàzquez-Montalbàn – Points Policier (Seuil)

Tout d’abord, je présente mes excuses à l’auteur pour avoir mal orthographié son nom, mais je ne trouve pas le « a » accentué dans l’autre sens sur mon clavier ; en le remerciant.

Dès les premières lignes, j’ai bien senti que quelque chose n’allait pas. Comme un avertissement. Une démangeaison dans les yeux qui n’augurait rien de bon. Un fourmillement dans les doigts annonciateur d’heures fastidieuses. Et puis la lumière fut. Une sorte d’éclair cérébral qui illumina les ténèbres glauques de ce mois d’avril meurtrier. « Bon sûr mais c’est bien sang » me dis-je avec perspicacité. Pepe Carvalho, comme son nom l’indique.

Manuel VM est l’inventeur du roman gris foncé. Pas tout à fait noir, dans la mesure où 75% du texte constitue une transcription des états d’âme de Pepe, de recettes de cuisine et de la vie de personnages secondaires…

Voir l’article original 126 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s