Chronique de Matsunoé Enjoe Toh

La viduité

Traduire, trahir à moins que ce ne soit, dans les interstices du texte, inventer un double à l’auteur, le faire devenir un de ses personnages ou lui prêter des savoirs, lui transmettre des connaissances ou des passés, qu’il ne saurait avoir. Enjoe Toh entraîne le lecteur dans les dédoublements fictifs de deux écrivains qui, mutuellement, se traduisent, inventent dans l’œuvre de l’autre ce qu’ils n’ont pas su mettre. Roman vertigineux, Chronique de Matsunoé prolonge une très fine réflexion sur l’artisanat de l’écriture, sa transmission d’une mémoire qui ne nous appartient jamais vraiment.


Voir l’article original 627 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s