Rue des pâquerettes – Charef

Je me demande comment la petite blanche qui a toujours eu de quoi se payer des centaines de bouquins et qui vit à Paris va pouvoir parler de ce chef-d’œuvre. Ce bouquin, il n’est pas à hauteur d’homme, il est plus haut que ça.

Mehdi Charef, Rue des pâquerettes, Hors d’atteinte, 2018, 251 pages.

Au début, c’est un récit qui se tient bien. Il parle de cet enfant trop grand dans sa tête pour son âge, cet enfant qui se rebelle dans l’amour de la lecture et non par les poings. Mais la lecture et les traumatismes le font grandir bien trop vite, bien trop tôt, pas comme une brute, comme un esthète à qui les adultes veulent faire apprendre des choses, qu’il a soigneusement noté, mais qu’il ne comprend qu’aujourd’hui.
Ainsi, l’arrivée en France, incarnée par ce papa, honteux, qui n’a pas de quoi offrir une place dans…

Voir l’article original 336 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s