Le violon du diable – Preston & Child

Jours d'humeur

Le Violon du diable – Preston & Child – L’Archipel

Pour moi, les romans de Preston & Child, mettant en scène l’inspecteur Pendergast, sont des bonbons. J’en ouvre un quand j’ai été sage. Un par an à peu près. Pour la première fois, j’ai eu beaucoup de mal à décoller le papier. Comme si le bonbon avait séjourné trop longtemps au fond d’un tiroir et que son enrobage s’était confondu avec son emballage. Dans ce cas-là, il faut être patient pour séparer les deux matières sans s’énerver et balancer le tout dans le (co)vide-ordures. J’ai serré les dents, et j’ai bien fait. Au bout d’une cinquantaine de pages, les saveurs acidulées ont refait leur apparition, et je me suis régalé.

Si vous avez la chance de ne jamais avoir lu les enquêtes de l’inspecteur du FBI Aloysius Pendergast, vous êtes sacrément vernis. Toutefois, je vous conseille de lire les bouquins…

Voir l’article original 144 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s