Arlequinus Arlequinus Enjoe Toh

La viduité

Attraper les idées en transit, saisir les pensées comme une broderie, les sensations comme de fictifs papillons, la vie comme un langage en perpétuelle traduction. Dans une suite de récits qui se superposent et se relient jamais exactement, dans des textes à la poursuite de leur sens et de leurs liens hypertextuels, Arlequinus Arlequinus propose une plongée étrange, déconcertante à l’occasion, dans le volatile de nos pensées. Enjoe Toh signe un roman borgesien sur les pouvoirs de mutations de la fiction.


Voir l’article original 596 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s