Rien de sérieux, Naoise Dolan

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Ava est aussi affamée qu’Edie dans le roman éponyme de Raven Leilani. Elle a faim d’attention, de passion, de reconnaissance, de cadeaux. Expatriée irlandaise à Hong Kong, elle travaille en tant que professeure d’anglais dans un institut TEFL, entourée d’Australiens, d’Américains et d’Anglais. Son accent détonne, les règles de grammaire anglaise qu’elle est censée enseigner aux enfants la laissent perplexe et n’ont jamais régi sa propre parole débridée. Enfin, elle a beau aimer l’argent, elle est étonnamment communiste, au moins socialiste, ce qui donne lieu à des échanges animés et pleins de cynisme avec Julian, son colocataire – et plus si affinité. Banquier londonien, il court toujours, vit sans prendre son temps, à la poursuite de billets matériels et imaginaires dont il inonde le monde d’Ava. Ici et là, comme toile de fond brillamment esquissée par Naoise Dolan, quelques traits d’esprit sur l’ingérence chinoise depuis la rétrocession de…

Voir l’article original 281 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s