Fantômes, Christian Kiefer

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Fantômes comme ceux des soldats tués pour leur pays, comme les fantômes des villageois Vietnamiens morts dans la forêt, comme les Phantoms qui déversaient napalm, feu et fureur sur la jungle asiatique, comme les fantômes qui reviennent hanter les rêves éveillés de John Frazier, silhouettes spectrales aux traits brouillés, yeux bridés et sourire flouté par les larmes. En 1969, le jeune homme revient tout juste de la Guerre du Vietnam, vétéran à l’esprit cabossé par l’horreur qui trouve refuge chez sa grand-mère, à Placer County. Un peu malgré lui, il se retrouve ensuite pris dans le tourbillon de l’Histoire, à enquêter sur ces Japonais, résidents américains depuis des décennies, soudainement chassés de leur maison, parqués à Tule Lake et ailleurs parce qu’ils avaient le malheur de partager la culture de ceux qui avaient bombardé la base militaire de Pearl Harbor. Il mêle ses propres vicissitudes embrumées par le brouillard…

Voir l’article original 279 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s