Marche-frontière Ahmed Slama

La viduité

Le flow comme une errance, une inscription dans un autre espace où le flot des mots rattraperait la perte d’identité, ce sentiment de clandestinité dont Ahmed Slama dessine les contours. Un homme égare son titre de séjour, tout ce qu’il est, à commencer par son nom, s’effrite. Dans une succession de fragments sur le vif – la vie telle qu’elle s’observe au bistro ou dans la marge -, Marche-frontière ou la tentative d’approcher la vérité de l’écrit, de ses flottements identitaires.


Voir l’article original 623 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s