La costumière, Patrick McGrath

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Joan est costumière, mais c’est aussi et avant tout la gardienne de l’armoire, d’où le titre anglais de ce roman (The Wardrobe Mistress). En effet, tout juste veuve alors que s’ouvre ce livre de Patrick McGrath, elle sera hantée par l’esprit de son mari, Charles Grice alias Gricey, qui, est-elle persuadée, habite la penderie où se balancent doucement ses costumes encore imprégnés de son odeur, poussés par le souffle de son fantôme. Comédien du répertoire classique, Gricey a transmis sa vocation à sa fille Vera qui, malgré quelques épisodes d’hystérie, marque la troupe et les spectateurs de sa présence envoûtante, parfois sous le regard encourageant de sa mère, toujours sous les yeux enamourés de Julius, son époux. Entre deux soirées au théâtre, Joan se défait peu à peu des habits de Gricey, les transmettant à celui qui reprend son rôle dans La nuit des rois de…

Voir l’article original 269 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s