Confusion, Elizabeth Jane Howard

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Ce troisième tome de la saga des Cazalet fait la part belle aux femmes, adopte leur point de vue bien davantage que celui des hommes pourtant bien présents comme ombres rassurantes ou oppressantes dans la société anglaise patriarcale de la Seconde Guerre Mondiale. Le deuxième sexe tend pourtant vers la liberté, la nouvelle génération encore davantage que celle des mères. Polly et Clary ont grandi, embrassant la fin de l’adolescence avec grâce et courage: elles se préparent à quitter le cocon de Home Place blotti dans l’écrin de la campagne du Sussex. À Londres où finalement elles atterrissent en douceur parmi les V2 et les ruines, Louise oscille déjà entre désirs libertaires et obligations domestiques: celle qui souhaitait devenir comédienne découvre l’envers du décor, les toiles d’araignée et les mesquineries derrière les rêves de conte de fée. La capitale est ainsi au cœur de Confusion, centre névralgique où naissent…

Voir l’article original 311 mots de plus

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s