Place aux immortels, Patrice Quélard

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

En 1915, en Picardie, les soldats se font face, tranchées contre tranchées, immobiles, debout mais bientôt couchés, obus après obus, balles après balles, séparés par les barbelés du no man’s land. À l’arrière, ou presque, les gendarmes sont chargés de veiller au maintien des règles – pas de beuverie, pas de passage vers la ligne de front après le couvre-feu, pas de perturbation des convois de ravitaillement. Dans une ancienne école se tient la prévôté, bientôt diligentée par Léon Cognard, anticonformiste, cultivé et pince-sans-rire qui, lassé du calme breton a sauté sur la première occasion pour monter en grade et rejoindre l’animation du Nord-Est français. Il règne sur son domaine et sur ses hommes, toujours armé d’un bon mot, n’hésitant que rarement à passer l’éponge sur une bévue sans importance. Cela n’est pas dû qu’à son amitié pour ses subalternes, mais aussi et surtout au mépris du colonel…

Voir l’article original 363 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s