Le jeu de la dame, Walter Tevis

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Beth Harmon est une petite prodige. Elle découvre les échecs à huit ans, dans le sous-sol de l’orphelinat où elle vit, entourée de filles qu’elle ignore – seule Jolene, une grande adolescente noire et jolie, audacieuse etsans complexe échappe à son timide dédain. Puis Beth gravira les échelons, peu à peu, s’éloignant de l’enfant laide et quelconque qu’elle fut pour embrasser une carrière internationale, un style affirmé et une assurance de façade, devenant une jeune femme solitaire mais brillante.

Walter Tevis décrit le jeu de la demoiselle, les calculs et stratégies qu’elle échafaude dans son esprit, capable de visualiser l’avancée implacable des cavaliers, les diagonales où son fou pourrait se jeter, les interstices que ses pions pourraient mettre à profit, les lignes où sa dame pourrait s’abattre, et ce plus d’une vingtaine de coups en avance. Les pièces de l’échiquier dansent dans le noir de ses pensées, acérées par…

Voir l’article original 419 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s