Finir les restes Frédéric Fiolof

La viduité

Un deuil impossible, ordinaire, à l’épreuve de la langue, de la colère et de la cruauté de la mort hospitalisée de ses parents. Dans ce récit humble et puissant, Frédéric Fiolof rend un hommage d’une rare dignité à ses parents. Finir les restes ou trouver, dans la non-acceptation , une langue pour dire les rien qui subsistent à la perte, l’obstruction de continuer, orphelin.


Voir l’article original 461 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s