Affamée, Raven Leilani

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Edie est affamée. Affamée de vie, de plaisir, d’argent, d’amour – sa faim ne semble pas en décalage avec celle que peut ressentir une femme d’aujourd’hui. Après le début d’une aventure avec un homme marié, les désastres s’enchaînent: la maison d’édition où elle travaillait la chasse, son appartement se referme derrière elle, ses toiles lui refusent l’accès à tout autoportrait. Cohabiter avec la femme de son amant et Akila, leur fille adoptive à la peau aussi sombre que la sienne, semble ainsi dans la suite logique des choses, comme le point d’une phrase catastrophée et catastrophique, inéluctable fin. Une quinquagénaire blanche, distante mais étonnamment attentionnée et une jeune adulte noire qui a grandi trop vite et doit jouer le rôle de la grande sœur pour Akila. Deux générations qui se heurtent et se confrontent, apprennent à comprendre l’autre dans une maison qui devient le théâtre d’une routine s’installant peu…

Voir l’article original 319 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s