Les femmes n’ont pas d’histoire, Amy Jo Burns

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Le père de Wren ne bâtit pas les mêmes légendes que le père de Betty. À la place des croyances indiennes et des mythes poétiques, Briar construit sa vie sur son interprétation de la Bible et sur les écailles des serpents qu’il brandit, en prêcheur habité qu’il est. En lieu et place de son église, Amy Jo Burns imagine une vieille station-service Texaco désaffectée qui servait déjà de chaire alors qu’il n’était qu’un adolescent encore épargné par la foudre qui le transformerait en Œil-Blanc, en prophète, et ferait de Ruby sa femme.

« L’ancienne station Texaco paraissait plus grande dans l’obscurité qu’à la lumière du jour. Les ombres de la campagne semblaient impénétrables, les nuits de la montagne noires après la lumière vacillante des néons de Trap. Il y avait un romantisme fatal dans ces collines, de ceux qui fendent les cœurs et les laissent grands ouverts. De ceux…

Voir l’article original 352 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s