Les Groseilles de novembre – Kivirahk

Lecture à absolument lire en automne ou en hiver (en novembre de préférence bien évidemment.) La quatrième de couverture cite Sophie Pujas de Transfuge : « Un monde truculent à la façon de Jérôme Bosch. » Oui.
Lecture dans le cadre du Challenge des littératures de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran ! En 2020, j’ai choisi de vous amener exclusivement en Estonie !

Andrus Kivirahk, Les Groseilles de novembre, Le Tripode, 2019, 290 pages.

J’ai plus qu’adoré, j’ai été plus que happée dans ce récit fascinant, merveilleux, étrange et morbide dont l’écriture directe ne s’embarrasse pas de fioritures. Pourtant, aussi direct que ce soit, la plume qu’elle soit lente ou remplie d’action, coule toujours au même rythme. Cadencée mais aussi descriptive et poétique, il n’est pas une phrase ou un passage nébuleux. Tout est clair, même le plus étrange. Et de l’étrange, il y en a dans ce…

Voir l’article original 686 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s