L’accident de chasse, David L. Carlson ; Landis Blair

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Après la mort de sa mère, en 1959, Charlie Rizzo arrive à Chicago, chez son père qu’il ne connaît presque pas. Aveugle, Matt vit dans cette ville depuis des décennies, le Little Italy de sa jeunesse ayant aussi peu changé que les verres de ses lunettes ne se sont colorés. Comme un reflet de l’obscurité qui environne ce personnage, les illustrations de Landis Blair sont en noir et blanc, insondables, laissant parfois un peu de lumière, d’air se glisser entre les hachures et autres motifs serrés qu’il tisse sur le papier vierge. Là où le Rotring de Stanislas Moussé dans Longue vie laissait perplexe, les prouesses de Blair accompagnent ici la nuit claire dans laquelle évoluent les protagonistes.

Charlie grandit entre les sons de la machine à écrire en braille, les notes de musique qu’il tente d’arracher à son violoncelle et les rumeurs de meurtres et de…

Voir l’article original 410 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s