La République des faibles Gwenaël Bulteau

La viduité

Où comment la république prend très mal soin de ses enfants. Lyon à la toute fin du XIX, antisémitisme et implacable violence sociale, à l’arrière-plan de l’affaire Dreyfus s’ajoute l’enlèvement d’enfants. La république des faibles est un polar sympathique, agréable roman d’atmosphère comme une plongée dans la corruption humaine. Le premier roman de Gwenaël Bulteau se laisse lire.


Voir l’article original 333 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s