La sirène d’Isé Hubert Haddad

La viduité

Labyrinthe de nos silences et de nos folies, égarement de nos métaphores et de nos manques. Dans une prose d’une captivante magnificence, Hubert Haddad nous entraîne au seuil des troubles psychiques et surtout dans un désir éperdu d’écouter l’appel et la beauté du monde. La Sirène d’Isé se révèle un troublant conte fantastique sur la disparition, sur cette dissipation des charmes et des rêves dont si bien joue Haddad.


Voir l’article original 625 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s